2 Dans Le corps et l'esprit

{Défi Azimuté} Challenge remise en forme et tendinite calcaneenne

#DefiAzimute

Cela fait maintenant 4 mois que j’ai commencé ma remise en forme, et au moins 6 semaines que vous n’en avez plus entendu parler… Comment se fait-ce ? Et bien depuis je ne sais plus trop quoi raconter ou comment vous en parler, car je me suis blessée ! Il semble que j’ai trop forcé cet été… Cela fait longtemps que je voulais vous parler de ma blessure, de comment je gère, mais c’est vrai que c’est moins enthousiasmant que quand tout roule, alors j’ai reporté l’écriture de cet article…  Je pensais vous faire des articles « comment adapter sa pratique sportive aux blessures » mais je dois avouer que j’ai du mal à bien m’adapter pour l’instant, je n’ai donc pas énormément à vous conseiller. Mais aujourd’hui, je me suis dit que j’allais quand même vous en parler, justement parce que ce n’est pas si simple à gérer, et que j’avais envie d’être authentique et sincère là dessus aussi. Et peut-être que ce témoignage peut vous apporter quelque chose. En tout cas, n’hésitez pas à m’apporter votre soutien, car j’en ai bien besoin ! 

Reprise trop rapide du sport = blessure

Il faut se le dire, le sport n’est pas anodin et quand on commence ou qu’on reprend à 35 ans passé, mieux vaut y aller mollo car il y a toutes les chances de se blesser. J’avais fait ultra attention au niveau de mes cervicales, de mes contractures musculaires et de mon dos, mais du coup, j’ai beaucoup couru et marché cet été et n’avais pas envisagé une seconde que c’était trop…

Apparemment si : j’aurais dû y aller beaucoup plus doucement en terme de progression, ajouter les durées et les kilométrages peu à peu. Et être mieux chaussée quand je marchais cet été (au lieu des sandales plates…). En août j’ai commencé à avoir mal en posant le pied au réveil le matin… Comme ça ne passait pas, je suis allée chez le médecin du sport début septembre, qui m’a diagnostiqué une tendinite du tendon d’achille (à droite). J’avais prévu une course à pied le 10 septembre, j’ai donc décidé de la faire quand même avant d’arrêter. Je précise que ma tendinite est au stade 1, le stade où j’ai juste mal le matin au dérouillage. C’est pour ça que j’ai pris cette décision (certes pas très maline sûrement).

Le truc chouette, c’est que la course était top, j’ai vraiment eu de très bonnes sensations tout le long, j’ai fait mes 7km en environ 43 min (avec pas mal de dénivelé) et c’était donc un peu mieux qu’il y a deux ans. Je me suis vraiment éclatée, j’en ai bien profité. Les semaines d’entrainement avaient donc vraiment payé et c’était sympa de le constater. Bon, j’ai sûrement aggravé le truc (bien que la douleur n’ait pas augmenté le lendemain), mais il fallait que j’y aille, je ne pouvais pas mentalement faire autrement :p

Que faire avec une tendinite du tendon d’Achille ?

Suite à cette course, j’ai arrêté de courir mais j’ai continué de nager et de faire du vélo pendant encore quelques semaines, mon médecin du sport m’ayant recommandé de ne pas tout arrêté. J’avais lu sur la toile que ces sports étaient bien en cas de tendinite, j’ai donc essayé d’en faire une ou deux fois par semaine.

Sauf que dans mon cas, la tendinite semblait s’aggraver, et j’ai donc tout stoppé. Je ne marche même presque plus, juste le nécessaire… Je ne sais pas si cela s’aggravait à cause du vélo ou à cause des chaussures bien trop plates que je portais souvent à l’atelier, cela dit (converses avec mes semelles orthopédiques dedans). Il faudrait que je réessaye le vélo tout en douceur.

Mais je conseillerais à chacun d’y aller doucement, et de voir si le lendemain de la pratique, la douleur est plus ou moins forte que la veille. Si elle augmente, mieux vaut arrêter.

Le soin de la tendinite d’Achille

Je précise que je ne suis pas du tout médecin et je parle juste de mon cas perso, à savoir tendinite au stade 1 (douloureuse juste au réveil le matin, ou après un effort très prolongé). Le médecin du sport m’a dit début septembre que dans mon cas, il n’y avait rien d’autre à faire que le repos, et surélever un peu le pied en portant des talons.

Depuis, je suis suivie par mon podologue, puisque je devais justement refaire mes semelles orthopédiques (pour mes problèmes de genoux).

En dehors des semelles, qu’il a adaptées en plus à la tendinite, il m’a conseillé de glacer tous les soirs pendant 10-15 min, et de ne surtout plus poser le pied ensuite (je le fais donc dans mon lit juste avant de dormir).

Et si possible, de toujours porter des chaussures avec 2-3 cm de talon (+ les semelles), même à l’intérieur de l’appartement. Chose que je ne faisais pas du tout, je marchais toujours pied nu chez moi, et en converses à l’atelier. Je fais plus attention maintenant à garder une hauteur identique de talon et à porter mes semelles orthopédiques.

Cela fait 15 jours environ que je fais ça et je le revois samedi (aujourd’hui pour vous puisque je publie l’article samedi!). On verra si je peux ou non reprendre une pratique sportive… ne serait que le vélo ou la marche.

Ce qui m’ennuie c’est que ça ne semble pas diminuer, ou bien peut-être que cela se décale, car je semble avoir plus mal à droite, en dessous de la cheville, que réellement au tendon d’Achille. Mais c’est dur à dire.

Le seul sport que je continue de faire, c’est le Pilates le jeudi soir, et j’en fait une séance en solo le week-end à la maison.

Les conséquences sur mon moral de l’arrêt du sport

Au début de l’arrêt de la course, c’était dur, je sentais l’envie d’aller bouger, courir, mais je n’y avais pas droit. Je me suis donc retenue.

Maintenant, c’est pire ! J’ai vraiment du mal à vivre cette situation, car mon niveau d’énergie a terriblement diminué, je me sens totalement amorphe à nouveau, le sommeil est moins bon, et donc les envies de grignotage reviennent… Le cercle vicieux est vraiment terrible !

Je me rends compte à quel point faire du sport ou bouger tous les jours est important pour moi pour garder la pêche !

Adapter son alimentation quand on arrête le sport

Là aussi, c’est très dur. Pour garder ma ligne, quand je faisais du sport je pouvais manger presque autant que mon copain (qui bougeait un peu moins). Quand j’ai réduit le sport, j’ai réduit assez facilement les portions au début. Mais maintenant que je ne fais presque plus rien, c’est vraiment dur de réduire encore, d’autant que comme je vous disais j’ai des envies irrationnelles de manger et grignoter. Résultat, je suis sûre que j’ai déjà repris un peu de poids, d’autant que depuis 1 semaine c’est vraiment n’importe quoi.

Ecrire cet article aujourd’hui me donne envie de m’y remettre sérieusement, je m’aider à nouveau de l’application Lifesum pour suivre cela de plus près, et de croire en moi et ma capacité d’y arriver sur le long terme.

En tout cas, je continuerai de vous tenir informés, en espérant vous raconter rapidement un programme de reprise du sport plutôt qu’une grosse déprime avec tendinite chronique !

Des bisous les sportives et sportifs !

Vous pourrez aussi aimer

2 Commentaires

  • Reply
    NicoReagit
    22 octobre 2017 at 14 h 48 min

    Je te souhaite beaucoup de courage Amélie. Je suis dans une situation à peu près similaire. J’ai les nerfs sciatique gauche en feu depuis mi juillet. Rien ne marche pour calmer durablement cette douleur. J’espere Que toi comme moi allons rapidement pouvoir reprendre nos activités sportives puisque comme toi : c’est énergie au plus bas, grignotage abusifs et moral dans les chaussettes. Je te souhaite bon rétablissement et à très bientôt 😉

    • Reply
      Amélie
      22 octobre 2017 at 15 h 51 min

      Merci ! C’est vraiment pas cool d’être bloqué par son corps… Et du coup, quand la routine sport n’est plus là, on en oublie le peu de séances prévues ! Ce matin, j’ai oublié mes abdos :/ Bon courage Nico, bon rétablissement à toi aussi !

    Laissez un petit mot