Nov 192015
 

Ceci est un coup de gueule contre les médecins. Enfin à minima contre mon généraliste. Attends je t’explique.

(mais si tu ne veux pas de détails intestinaux, ne lis pas cet article !)

Voilà, cela fait plusieurs années que ma digestion devient de moins en moins bonne. J’avais remarqué par exemple qu’après une grosse raclette, je le payais très sérieusement. Je pensais simplement que je ne supportais plus les plats trop gras et faisais attention à cela. Je pensais qu’après 15 ans de boulimie, j’avais sérieusement dérangé tout le système à force d’excès…

Depuis quelque temps, en plus de ça, j’avais constaté que j’avais systématiquement un gros chat dans la gorge après les repas, qui ne passait qu’en plusieurs heures. J’avais lu que ça pouvait être un reflux gastro-oesophagien. Et puis aussi, je vous passe les détails, mais mon transit est de plus en plus perturbé, et ce de plus en plus souvent. J’avais conscience que ça pouvait être lié à mon alimentation : céréales au lait + café au lait le matin, on fait mieux côté digeste : serais-je au moins en partie intolérante au lactose ? Y aurait-il d’autres aliments mal supportés par mes p’tites viscères ?

A ce stade, je faisais avec – je n’avais pas encore été assez gênée pour me poser de vraies questions ou avoir vraiment envie de changer les choses.

Mais ça, c’était avant. En effet, dimanche dernier, après un petit dej composé d’un smoothie maison yaourt+banane (un oeu verte…), de pain beurre et confiture, et d’un café au lait, j’ai été pliée en deux de douleur pendant une bonne heure. C’est monté brutalement : un mal de lombaires, puis de tout le dos, puis seulement ensuite sont apparues les crampes abdominales… J’étais incapable de trouver une position confortable. Une douleur telle que j’en pleurais presque. Seuls un passage aux toilettes et une position recroquevillée avec une bouillotte sur le ventre et le dos m’ont petit à petit soulagée… mais laissée épuisée.

Suite à cet épisode aigu, dont la cause me paraissait évidemment digestive, je suis allée chez mon généraliste avec tous ces éléments. Elle m’a bien interrogée en détails, je ne dis pas, hein. Puis elle m’a examinée : la palpation abdominale n’a révélé aucune douleur (donc pas d’ulcère, pas de vrai reflux acide…). Pourtant, elle a commencé à me parler de prescription. Je lui ai clairement dit que je suspectais mon alimentation d’être en cause, mais tout ce qu’elle a trouvé à me dire, c’est qu’il n’y avait pas de reflux avéré, pas de gros problème, qu’il fallait donc continuer comme je faisais côté alimentaire, mais qu’elle voulait tester un anti-acide à prendre 1 fois par jour pendant 1 mois + un antidiarrhéique en cas de besoin…

Autant vous dire que je n’ai même pas été à la pharmacie et je suis sortie assez furieuse de ce rendez-vous, avec l’impression d’avoir perdu mon temps et l’argent de la sécu. Les médecins français sont vraiment formés pour tout traiter pharmacologiquement et nous gaver de pilules…

Pourtant, mon père est pharmacien de formation, moi j’ai fait des études supérieures de biologie, donc je n’ai rien contre les médicaments à la base, et je suis même persuadée qu’ils peuvent aider dans de nombreux cas. Sauf que là il me semblait évident qu’on pouvait trouver la source dans mon alimentation. Ce que j’attendais d’elle ? Soit qu’elle me fasse faire des tests d’intolérance, en supprimant des aliments ou autres, ou au moins qu’elle m’envoie vers un spécialiste pouvant me les faire pratiquer. Diététicien, nutritionniste, gastro-entérologue, voire même naturopathe que sais-je…

Du coup dès le lendemain, j’ai appelé un naturopathe pour prendre rendez-vous. Pas de chance, je n’ai eu que son répondeur pour l’instant.

Qu’à cela ne tienne, j’ai décidé ce matin de suivre mon intuition et de manger mes céréales avec un fromage blanc au lieu de lait, et de boire mon café « nature ». Alléluia, ça va déjà beaucoup mieux aujourd’hui !! Aucun ballonnement, pas de dérangement intestinal, je me sens légère ! La piste d’une intolérance au lactose me semble donc la bonne. Je vais poursuivre cette expérience quelques jours, en mangeant fromage & yaourts que je supporte bien, mais en supprimant le lait. Si c’est concluant, j’achèterai par la suite du lait appauvri en lactose « matin léger » de lactel, ou des laits végétaux (mais j’aurai du mal à me passer de lait… c’est si bon avec les céréales!).

Et puis j’irai peut-être quand même voir la naturopathe, je suis curieuse de son champs d’action. Et puis pour l’instant le chat dans la gorge est toujours là.

Alors voilà, si je n’avais pas moi-même trouvé des pistes sur internet, si je ne m’étais pas ouverte ces derniers temps à tout ce se dit autour d’une alimentation plus saine et pris conscience de ces possibles d’intolérance (gluten, lactose…), j’aurais peut-être fait une confiance aveugle au médecin et continué de compenser pendant des mois une intolérance en me bourrant de chimie ! Et ça, je trouve ça vraiment inadmissible ! On est quand même en 2015, et il me semble qu’on sait maintenant qu’il vaut souvent mieux prévenir que guérir et que la médication n’a pas réponse à tout.

Et si mes insomnies, mes douleurs musculaires, ma fatigue étaient au moins en partie liées à cette intolérance ? C’est en tout cas ce qu’on lit sur différentes sources…

Déjà j’ai dû prendre des somnifères pendant bien deux ans avant qu’on m’envoie au centre du sommeil, et voilà qu’on veut à nouveau traiter un symptôme et pas sa cause. C’est vraiment dommage.

Et si le trou de la sécu venait en grande partie de cette façon rétrograde de voir la santé humaine ?

EDIT du 24/11

Après plusieurs jours sans lait dans mes céréales et mon café, je confirme que je me sens vraiment mieux au niveau digestif.

Par ailleurs, j’ai tenté la purée maison avec du lait, ça a gargouillé sévère à l’intérieur…

Et j’ai eu le malheur de faire le test hier de mettre une cuillère à soupe de lait environ dans mes céréales, pour délayer le yaourt, le test a été concluant, je me suis à nouveau pliée en deux de douleur, bien que moins longtemps que la fois précédente…

Donc le lait, j’arrête au moins quelque temps, on verra ce que la naturopathe me dira la semaine prochaine (réintroduction progressive ou pas… )

EDIT du 02/12 débrief du rendez-vous avec la naturopathe, c’est par là 

  11 Responses to “{Humeurs} Pourquoi les médecins sont parfois pire que mieux”

  1. Y a aucun doute la dessus ! Si on cherchait vraiment les causes au lieu de prescrire à tout va, la Sécu ferait de sacrées économies et il y aurait plus d’argent pour traiter d’autres choses plus nécessaires.

  2. C’est marrant comme j’ai l’impression de lire un peu de moi il y a presque 2 ans 🙂

    Attention, je raconte ma vie aussi :

    j’ai toujours aimé les produits laitiers. J’en consommais quantité. chocolat chaud et céréales au petit déjeuner, un lait à la menthe a 16h, double ration de Roquefort au diner, gruyère à mort sur les gratins… bref la bonne bouffe (maison) bien riche de maman/mamie/tatie. Comme vous j’ai toujours eu la digestion difficile mais on mettait toujours ça sur le coup de l’abus, du trop manger parce qu’il fallait toujours finir les assiettes (beaucoup trop pleine) de ma mère qui s’est toujours cru en temps de guerre 😉
    Sans trop y faire attention parce que nous souffrons tous de la même chose chez moi (ce qui fait que tout le monde trouve ça normal) nous souffrions d’aérophagie, de ballonnements et de plusieurs autres maux qui à première vue n’avait rien à voir avec la choucroute… (choucroute / nourriture… OKAY JE SORS)

    A 25 ans, je n’en pouvais plus de me réveiller jusqu’à 8 fois par nuit avec des renvoies de vomi, des douleurs insupportable au dos dès le réveil qui ne me permettaient meme pas de passer un trajet de bus ou de métro debout tout du long, des problèmes aux articulations, des problèmes d’insomnies, des problèmes d’hypersomnies, des infections constantes, la moitié de l’année sous antibio, rhinopharyngite, trachéite, bronchite, rhinite, otites.. tellement d’otites que depuis mon enfance, j’ai des acouphènes. Et puis des problèmes de poids, je gonfle et gonfle tel une montgolfière à la première cuillère de nourriture et j’ai des douleurs à l’estomac, obligée de me plier en deux, de faire les cents pas pour « digérer », d’ouvrir mon jean après le déjeuner même au travail, ce qui révèle quelques situations.. cocassent dirons nous… des problèmes de peau des problèmes d’humeur, de dépression, de « cerveau brumeux », des problèmes d’attention…(mais celà, depuis tellement toujours, que je croyais que c’était NORMAL, que c’était DANS MA NATURE, bref qu’il n’y avait pas de quoi fouetter un chat.) J’ai ce qu’on appelle le SJSR, syndrome des Jambes Sans Repos, les douleurs m’étaient avant, insupportable en temps de crises… J’avais d’ailleurs moi aussi, commencé à consommer du Matin Léger de Lactel et ça marchait bien au début !! au début seulement…

    Après une prise de conscience du genre « ce n’est pas possible Samy, tu as 25 ans et ta grand mère se porte mieux que toi », un rendez vous chez le médecin en mode coup de point sur la table « je VEUX VOIR un gastroentérologue faites moi une ordonnance! » « euh.. oui madame..! » qu’il a répondu le toubib, rendez vous est pris chez le spécialiste qui me propose de faire une endoscopie pour faire l’état des lieux de mon tube digestif.

    « Si l’endoscopie ne révèle rien on fera une coloscopie » qu’il a dit… *gloups* j’ai prié le ciel pour qu’on voit un truc dès la première fois !

    une petite opération check up le constat est fait : SII pour ma part (syndrome de l’intestin irritable). On m’a griffonné une ordonnance pour éteindre « le feu » de mon estomac et stopper l’RGO (Reflux gastro Oesophagien) les fameux renvoies de vomi charmant… à part ça et quelques consignes basiques de type « arrêtez de manger trop gras, trop sucré trop salé.. pas de chocolat d’alcool et de choses acide » le médecin m’a bien fait comprendre qu’il ne pouvait pas grand chose pour moi. Et payer 80 boules pour entendre « ha bah oui ma petite dame on peut pas faire grand chose.. » ben ça me file LES GROSSES BOULES moi

    Après enquête de ma part j’ai décidé de plonger dans le problème toute seule. J’ai commencé par arrêter le lait de vache, (début positif je me sentais bien mieux, plus de de sprint pour atteindre les wc, mois de prob d’RGO.. cool! Cool mais pas assez, c’était pas encore le nirvana.
    quand j’ai été à l’aise avec ça, j’ai arrêté le gluten également (pour tester, au début), et puis là, grosse révélation… plus de constipation, plus d’impression d’avoir du béton dans l’estomac. Au bout de 3 grosses semaines, plus de douleurs lombaires… mais alors PLUS RIEN pouf comme ça ! j’ai envie de dire « miracle » mais je n’aime pas les gens qui parlent de magie… mais moi qui souffrait depuis mon adolescence du dos, d’un coup, je ne souffrais plus. A partir de la même période j’ai remarqué un autre point très important et déroutant. Je me réveillais avec le smile. c’était tellement déroutant au début que je me parlais toute seule en me demandant « mais pourquoi tu souris bêtement ??! » je n’avais plus le moral dans les chaussettes, je me sentais bien et légère et puis j’avais l’esprit plus clair. L’impression qu’un espèce de brouillard avait arrêté d’envelopper mon cerveau. J’étais presque triste de découvrir que ce n’était pas mon état « normal » tout ce temps perdu à l’école plus jeune et enfant… je n’ai jamais été quelqu’un de très « sociable ». J’aimais rester seule, j’étais une enfant très mélancolique et une adolescente en réelle souffrance.

    En même temps je me suis mise à tout cuire à vapeur douce, le cru m’étant interdit avec mon SII. une fois à peu près à l’aise avec ça j’ai commencé à étudier les FODMAP (très utile dans mon cas pour le SII), ai arrêté les additifs alimentaires et enfin l’arrêt du sucre raffiné/ajouté. mais tout ceci c’est fait l’un après l’autre et j’ai pris le temps, de m’écouter, d’avoir envie, de craquer parfois voir souvent, de revenir sur la voie du changement quand je constatais que les écarts me faisaient souffrir…

    Aujourd’hui je peux dire qu’il y a un avant et un après, j’ai trouvé la jeunesse que je n’ai pas eu. Je vais bien je me sens bien, mon esprit est plus clair, mon sommeil meilleur, mon SJSR bien mieux maitrisé, mon poids allégé. Je souris quand je me lève le matin, je prends le bus debout, je me sens belle, je me sens bien. Mon entourage le vois et commence à me poser des questions, mon changement les inspire… Je suis entre le régime hypotoxique (ou régime seignalet) et ce qu’on appelle le régime paléo mais je tâtonne toujours, j’apprends tous les jours mais je me porte comme un charme 🙂

    Je fais aussi des prises de sang régulières pour checker si je fais des carences et je dois dire qu’au contraire je ne manque de rien, mes résultats sont même bien meilleur qu’avant. Je ne reviendrai jamais en arrière.

    Je vous souhaite de trouver votre solution, le chemin est parfois tortueux et le sevrage de bouffe, terrible (le pire c’est le fromage) mais pour quels résultats ! ^^

    Bon courage à vous

    • Waouh, merci pour ce long témoignage ! C’est vraiment intéressant, et plutôt très inspirant. Je comprends votre impression de jeunesse « gâchée »… Quand on pense que si les médecins étaient un peu mieux formés à tout ça, ils auraient pû vous éviter ça… Bon après c’est vrai que ce genre de symptômes peut être lié à tellement de choses, et puis comme vous dites parfois on a juste l’impression d’être comme ça et qu’il n’y a rien à faire, donc on ne consulte même pas !

      Moi je vais commencer par les tests sur le lait et on verra. Le gluten, je n’ai pas forcément l’impression d’y être intolérante (pas fortement en tout cas) car il ne se passe pas grand chose quand j’en consomme, mais on ne sait jamais… Ce qui est sûr c’est que le matin (au moins la semaine), je mange un muesli plein de graines (Cora bio, super) et pas du pain, et je limite beaucoup le pain industriel en général. Après, je ne me passe pas de pâtes !
      En tout cas ça y est, j’ai rdv chez la naturopathe le 1er décembre, donc on verra bien pour le reste 🙂
      Bonne journée

  3. Chacun doit trouver son équilibre alimentaire. Après avoir beaucoup souffert de divers troubles intestinaux et de brûlures de l’oesophage, j’ai arrêté le lait de vache, et plus tard, je suis devenue végétarienne. Aujourd’hui, je me sens tellement mieux. J’ai trouvé le mien. Courage, cherche le tien, les solutions existent 😊

  4. bien d’accord avec toi, la santé passe avant tout par l’alimentation.
    Moi je n’ai pas consulté mais je sais que j’ai un intestin paresseux et fragile.
    tiens nous au courant pour ton rendez vous chez le naturopathe.

  5. Ja vais témoigner au nom de mon mari (45 ans):
    Je résume : tout a commencé il y a 11 ans avec des problèmes assez soudain de transit allant en s’aggravant : coloscopie, deux gastrologues, deux médecins généralistes, un irm, deux scanners, un professeur, des prises de sang, des analyses, des médicaments pendant 8 ans !! Avec aucun résultat suite aux examens (ouf il n’avait en apparence rien) et aucun résultat avec tous les médicaments.
    Puis il y a 5 ans problèmes de peau assez graves aussi : trois dermatos, deux allergologues, des tonnes de cr^mes et médicaments…
    Et depuis 2 ans des problèmes musculaires assez réccurents : kiné, anti inflammatoires…
    Le tout combiné c’était très difficile pour lui, ça jouait sur toute sa vie professionnelle et avec nous..
    Il y a 5 mois, suite à une rencontre avec une nouvelle voisine, celle-ci qui avait eu les mêmes problèmes pendant 10 ans nous a incité à faire la prise de sang IMUPRO 200, qui analyse les intolérances à environ 200 aliments courants. JAMAIS entendu parler de cette prise de sang…
    Et là : intolérances graves à une dizaine d’aliments (blé, lait de vache, mais, oeufs, champignons…) !!
    Bref le 25 juillet exactement il a arrêté de consommer tout ce qui l’empoisonnait… et depuis c’est un autre homme ! Sa vie a totalement changé, les boutons ont quasi disparus, le transit est presque à la normale, l’énergie est revenue, les douleurs musculaires ont arrêté, la fatigue est partie, c’est incroyable… il n’a plus besoin de se soigner, mais juste de faire attention à son alimentation. Jamais un médecin en près de 10 ans ne nous a parlé de cette prise de sang ! Désormais il est suivi par un médecin et nutritionniste. Il a eu un rdv suite aux résultats, et fera un bilan dans un an et encore si tout continue d’aller mieux ce ne sera pas nécessaire !
    C’est important de savoir exactement quelles sont nos intolérances, car à un moment il avait décidé d’arrêter le gluten (c’est tellement à la mode !) et aucun mieux voire pire… normal car effectivement dans les produits sans gluten il n’y a plus de blé, mais souvent c’est remplacé par le … MAÏS ! Et même dans le pain de mie sans gluten il y a souvent du blanc d’oeuf et du lait : il s’intoxiquait trois fois plus étant intolérant à ces 3 aliments !
    Et bizzarement suite aux résultats il n’est pas intolérant au gluten !
    Voilà si tu veux d’autres infos pas de souci…
    Samantha

    • Salut Samantha, merci pour ton témoignage. Et… Wouaouh. Ca fait peur de lire ça. Je suis heureuse pour vous que ton mari ait enfin trouvé les causes de ses douleurs, mais il a du sacrément souffrir. 11 ans sans qu’un médecin puisse l’aider, je trouve ça dramatique. Je n’avais jamais entendu parler de cette prise de sang, mais j’en parlerai à la naturopathe mardi pour avoir son avis.
      Moi je mange plein de pâtes, pain… sans souci donc honnêtement le gluten je ne pense pas avoir de souci même si en effet c’est « à la mode ». Mais j’en saurai plus bientôt.
      Encore merci pour ces infos !
      Amélie

  6. Pour info, je viens de publier le débrief du rendez-vous ! http://latelier-azimute.fr/sante-lequilibre-est-dans-lassiette/

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(votre nom)

(votre email)