Amélie

Passionnée de chine et du mobilier fifties, bricoleuse et relookeuse touche-à-tout, débutante casse-cou de la couture, curieuse invétérée qui aime vous faire partager ses découvertes, je rêve d'en faire mon métier mais en attendant... je bricole, je blogge et j'espère que ça vous plait !

Août 062017
 

5ème article du #DefiAzimute ou Challenge remise en forme.

Récemment, j’étais en vacances (comme vous, j’espère!). Dans ce contexte de détente et de découverte, je ne sais pas vous, mais moi j’ai toujours plus envie de me faire plaisir au restaurant. Pourtant cette année, je ne voulais pas lâcher/gâcher mon rééquilibrage alimentaire ni ma remise en forme globale.

Même hors vacances, dans le cadre d’un rééquilibrage alimentaire, il y a forcément des écarts. Alors comment les gérer pour ne pas encore une fois tout laisser tomber ?

Qu’appelle t’on un écart ?

Pour moi quand on parle d’un écart, cela peut être plusieurs choses.

  • Un repas (ou une journée) où l’apport calorique dépasse celui qui nous serait optimal. Par exemple, un repas à 1500 calories, alors qu’on serait censé en consommer 1800 sur l’ensemble de la journée…
  • Mais aussi être un repas 100% junk : une tablette de chocolat au lait dévorée à la place d’un plat sain, ou un fast food… même si cela rentre dans notre apport calorique optimal parce que ce jour là, on a fait beaucoup de sport, c’est quand même une alimentation avec des calories « vides », inintéressantes nutritionnellement parlant.

reequilibrage-alimentaire-comment-gerer-ecarts-l-atelier-azimute

Pourquoi fait-on des écarts ? Faut-il s’autoriser les écarts ?

Ce genre d’écart alimentaire est tout à fait normal.

D’abord, parce que nous sommes humains et que si nous étions « 100% healthy », nous serions orthorexiques – cela consiste à ne manger QUE de manière ultra saine et choisie, et quand cela devient obsessionnel, c’est une forme de trouble du comportement alimentaire.

Aussi parce que dans notre société moderne, il y a 1000 tentations à la minute, et qu’au bout d’un moment, il est normal d’y céder. Parce que nous avons une vie sociale et des amis pas 100 % healthy. Parce que le plaisir à court terme prime parfois sur la santé à long terme.

Bref, c’est bien normal, et sain !

Alors plutôt que de vivre chaque écart comme un craquage et de culpabiliser à mort, mieux vaut partir du principe qu’il y aura forcément des écarts et les inclure dans le plan alimentaire global !

80 % sain, 20 % trash.

On dit souvent que pour avoir une bonne alimentation, il faut partir sur 80 % sain et 20 % trash. Toujours cette loi des 80/20 !

Tout simplement, comme expliqué au dessus, il est illusoire de partir sur une alimentation 100% saine, donc on part du principe qu’un équilibre à 80/20 permet :

1. d’avoir une alimentation globalement saine pour le corps, qui préserve notre santé à court, moyen et long terme

2. par les 20% de « trash », d’avoir le plaisir nécessaire pour ne pas se sentir mentalement en restriction – et donc de ne pas risquer de tout lâcher par frustration et de compenser en mangeant 2 fois plus.

3. que le corps ne s’habitue pas trop (surtout dans une démarche de perte de poids) à une restriction calorique, et qu’il ne soit ainsi pas en métabolisme ralenti. Quand on a de temps en temps un gros repas, le corps sait qu’il ne va pas manquer, et ne se place pas en mode famine. Vous continuez donc d’avoir un métabolisme normal, une dépense calorique normale et donc de perdre du poids.

Alors évidemment, c’est compliqué à calculer et je pense qu’on ne va pas s’amuser à vérifier ce pourcentage précisément. Moi en tout cas, jamais de la vie !

Mais il faut se dire qu’on peut intégrer un cinquième de « junk food » dans notre alimentation, et le prévoir dès le début.

NB : Concernant les 80/20, j’essaye de m’y tenir pour « la vie normale ». Mais en vacances, je m’autorise à bien plus de trash (peut-être 70/30 ou même un peu plus ?). La condition pour cela ? Que ce soient des vacances très actives et sportives je calcule et m’efforce de compenser l’apport calorique), et qu’elles ne soient pas trop longues. En rentrant de vacances, je fais une semaine vraiment plus saine, genre 90/10, voire une journée de détox pour compenser. Cela me permet de profiter à fond de mes vacances.

Pour intégrer ces 20% de trash, on peut prévoir un « cheat meal » (= repas de triche par rapport à une règle du jeu qui consiste à manger sain) de temps en temps, c’est même fortement recommandé, en fait !

Anticiper les « cheat meals »

L’idéal pour moi, c’est de pouvoir anticiper : par exemple, à l’heure où j’écris cet article, je savais que mercredi midi je devais déjeuner au restaurant, et je savais que je voudrais me faire plaisir, vu que c’est un resto qu’on adore mon homme et moi.

Pas de bol, j’avais un petit lumbago, sinon je serais allée courir, pour compenser un peu l’apport calorique. Bon, là à la place, je suis allée chez l’ostéopathe. Mais du coup au petit dej, j’ai largement réduit mon apport calorique (240 kcal environ au lieu de 350 le plus souvent). Et je savais que le soir même, je mangerai à nouveau ultra léger, du type légumes et fruit.

Au final, le midi j’ai mangé pour quasiment 1500 kcal !! (Argh, heureusement que je m’y attendais et que je m’étais préparée psychologiquement!). Mieux même, c’était quelque chose que je souhaitais : j’avais décidé de me faire plaisir, et c’était donc totalement assumé, puisque je savais que c’était « autorisé » dans mon équilibre alimentaire global.

reequilibrage-alimentaire-comment-gerer-ecarts-l-atelier-azimute-1

reequilibrage-alimentaire-comment-gerer-ecarts-l-atelier-azimute-2

D’ailleurs, je vous recommande ce restaurant, le Sarah B à La Roche Bernard, installé dans un ancien hangar à grain, lieu totalement sublime auquel les propriétaires ont réellement su redonner une âme. 

Quand on sait qu’on va avoir plusieurs occasions dans la même semaine (chez des amis ou au restaurant), l’idéal est de choisir LA journée où on va s’autoriser à se faire plaisir, par exemple chez les amis, ou au restau où on a le plus envie de craquer, et de déjà visualiser mentalement, pour les autres restaurants, la bonne « salade/sauce à part » ou le bon « poisson du jour » qui va nous régaler.

Je vous avoue que je ne suis pas toujours le super bon exemple de ce côté, d’autant que mon homme est ultra gourmand et ne se pose pas une seule question. Exemple, mercredi midi au resto il a pris un deuxième café gourmand (ils étaient pourtant ultra riches) alors qu’on venait de se taper un énorme burger frites ! Mais je fais de mon mieux, et j’essaye de ne pas culpabiliser. De toute façon, la culpabilité n’a jamais fait avancer les choses.

Comment compenser les écarts ?

Je viens de vous donner deux pistes : manger moins au(x) repas suivant(s), ou compenser en brûlant plus de calories. Facile à dire, mais pas toujours facile à évaluer et à faire !

Dans mon cas, ce qui change par rapport aux années précédentes, c’est encore une fois mon usage des applications mobiles qui me permettent de mieux vérifier où j’en suis et me motivent énormément pour la partie « compensation de l’écart ».

  1. Limiter les apports caloriques

Quand je vous parle de mon apport calorique, jamais de la vie je n’avais auparavant calculé ainsi combien j’ingère. Mais depuis que j’utilise des appli smartphones, finalement je renseigne vite fait mes aliments dans l’app. Même si c’est souvent à la louche vu que je ne pèse quasiment jamais les ingrédients, cela me permet d’avoir une vue globale et de justement savoir comment compenser.

Dans mon exemple de mercredi : le soir, je n’avais pas faim, j’aurais pu me coucher sans dîner, mais pour éviter d’avoir faim en pleine nuit (mon sommeil étant compliqué) je préfère toujours manger un petit quelque chose, même léger. Cela a donc été un reste de légumes d’été cuits avec une pointe d’huile d’avocat (courgettes, tomates, oignons) suivi d’une part de melon. Et c’est tout.

Au total, ma journée s’est soldée à 1800 calories ingérées environ, réparties ainsi

Petit dej : 240

Dej : 1450

Dîner : 100

Au final, une journée pas du tout déconnante au niveau apport calorique même si au niveau nutritionnel on aurait pu faire beaucoup mieux, vu que la journée a été ultra riche en glucides et en lipides sans intérêt. Mais j’ai limité la casse, et je me suis fait plaisir.

2. Compenser par le sport ou la dépense énergétique. 

Cela paraît évident, mais ça va mieux en le disant.

Toujours dans mon exemple, je n’avais pu marcher que 5000 pas environ dans la journée du resto (temps pourri, mal de dos, grosse fatigue…). Mais c’était déjà ça. Et dès le lendemain matin, j’ai repris le sport avec une session de marche rapide et un poil de course à pied, faisant toujours attention à mon dos.

Quand on ne peut pas courir ou faire une séance de HIIT qui permet vraiment d’éliminer, je conseille tout simplement de marcher. Même lentement, tant qu’on marche suffisamment longtemps pour se dépenser.

Et puis on compense sur le reste de la semaine, du mois, de l’année ! On est actif, on ne lâche rien, et surtout on se fait plaisir !

Voilà pour aujourd’hui ! J’espère que cet article vous aura aidé pour mieux géré vos écarts. N’hésitez pas à partager ici vos autres astuces 🙂

Si cela vous intéresse, n’oubliez pas de vous inscrire dans la barre à droite pour lire les prochains articles duDéfi Azimuté. Ces articles seront tous relayés sur Facebook où vous pouvez également me suivre.

Et sur Instagram, sous le pseudo @atelierazimute et #DefiAzimute, les photos quotidiennes où je vous parle de mes séances de sport ou vous montre mes petits plats équilibrés et gourmands.

A bientôt !

Août 012017
 

4ème article du #DefiAzimute

C’est bien beau d’avoir un déclic et de commencer une remise en forme, mais encore faut-il réussir à ancrer cela dans la durée ! Je vous ai expliqué les podcasts de coaching qui m’aident à croire en moi. Mais au quotidien, la remise en forme c’est quand même beaucoup d’efforts. Alors comment faire pour garder sa motivation ? Voici des astuces simples sur ma manière d’entretenir ma motivation au quotidien.

En préambule, il est vrai que c’est bien de pouvoir commencer ce challenge en été. Les longues journée, la météo engageante, les vacances, les bons fruits et légumes : c’est quand même une aide sacrément précieuse pour aider à se bouger chaque jour, et prendre de bonnes habitudes.  A mon avis, un nouvel article sera nécessaire dans quelques mois avec d’autres astuces pour garder sa motivation même en automne et en hiver ! J’espère y arriver. En attendant, voici mes trucs du moment !

sport-comment-entretiens-motivation-atelier-azimute

1. J’écris ici des articles sur ma remise en forme

Pour lire tous les articles sur le thème, cherchez #DefiAzimute ou parcourez la rubrique Bien-être. 

Depuis que j’ai commencé à écrire sur ce blog, il y a quelques semaines, au sujet de mon changement de vie et de ma remise en forme, d’une certaine façon je me sens engagée auprès de vous. Maintenant que je me suis livrée, mise à nu, je ne peux plus échouer ! C’est une motivation extrêmement forte à la fois de ne pas vous décevoir, et de ne pas m’humilier.

L’écriture régulière d’articles me maintient également dans un rythme par rapport à l’intérêt au sujet. Je me dis « tiens, j’ai rencontré telle problématique, j’ai trouvé telle solution, ce serait super que je partage ça » et du coup je fais des recherches pour illustrer, je réfléchis à la suite, vos commentaires me donnent d’autres idées… bref, je suis à fond dedans !

Et vraiment, vos commentaires m’aident beaucoup !

Vos petits mots sont plus que bienvenus, car ils me confortent dans ma démarche. Je suis vraiment heureuse de répondre à vos question, de lire vos encouragements, ou de vous en donner. C’est vraiment un énorme plus pour moi. Continuez 🙂

Et si vous aussi, d’une manière ou d’une autre, vous engagiez auprès de quelqu’un ? Une amie, votre conjoint ? Quelqu’un qui pourrait constater vos progrès et vous soutenir, vous booster dans les moments difficiles, bouger avec vous (encore mieux!). 

D’ailleurs cela pourrait être une astuce numéro 2, mais c’est vrai que j’essaye autant que possible de bouger avec mon conjoint. Aller courir ensemble (ou au moins partir en même temps), marcher, faire du badminton dans un parc, aller à la piscine… le fait d’être deux est vraiment la meilleure des aides, et en plus on partage un bon moment.

Si vous ne voyez pas qui pourrait vous aider, pourquoi ne pas ouvrir un compte Instagram par exemple ?

2. Je surfe au quotidien sur Instagram

Je suis une toute fraîche débutante d’Instagram. Même si j’avais créé un compte pour l’atelier Azimuté il y a quelques années, je ne m’étais pas prise au jeu et je ne l’ai pas exploité. Mais depuis que j’ai créé La Chouette Echoppe, je lui ai associé un compte Instagram où j’ai plaisir à poster.

Je me suis mise à suivre d’autres Instagrameuses/eurs, puis suis récemment revenue sur @atelierazimute pour suivre les comptes fitness/remise en forme/health qui me plaisent et m’inspirent. Du coup, j’y suis souvent !

NB : Comme je ne connais pas encore beaucoup de jolis comptes, n’hésitez pas si vous en avez à me recommander, sur ce thème ou sur d’autres. Je suis avide de nouveautés et surtout de qualité !

Depuis, quasiment chaque jour, je parcours mon fil instagram. Quand je vois des bons petits dej équilibrés, des résumés de séances de running, ou des photos « avant-après » de transformation physiques souvent impressionnantes, ça me donne un véritable coup de boost.

Je me dis que si tout ces gens y arrivent, je peux y arriver aussi, largement ! Et j’enfile mes baskets illico.

sport-comment-entretiens-motivation-atelier-azimute-instagram-runfitsmile

Runfitsmile

Par exemple, je suis :

  • Monitorthebeat : des citations de motivation, notamment autour du running (et des objectifs fitness en général). Par exemple « Run when you don’t want to because that’s when you need it the most« .
  • Fatgirlfedup : le compte ultra motivant d’une jeune femme américaine qui a déjà perdu près de 150Kg et en a encore à perdre. Si elle a réussi à se mettre au sport et à changer son alimentation, pourquoi je ne le pourrais pas ? Les photos avant-après sont impressionnantes et ses posts sont toujours touchants et bienveillants.
  • Des comptes de runneuses, qui donnent envie de se bouger les fesses ! Paulainmotion (Paula, modeuse et marathonienne… plein de jolies photos de sport, de mode et d’alimentation saine et gourmande), Wenona_runs, Runfitsmile ou encore lyne_insta, photos de running dans des décors sublimes,
  • Les comptes de blogueuses running-fitness / alimentation santé, parfois également coach sportives  : Vivre Healthy, Healthy Juliette, Amélie Tauziede, LecanardivreLucilewoodward (l’insta de la coach sportive Lucile Woodward, dont je suis aussi le blog. Super inspirante et motivante, proche des gens).
  • De photos sublimes de bons petits plats sains, comme The Sunny Foodie (Miam!), Buddha BowlsPorridge.L.A.B (des porridges en veux tu en voilà, les photos sont superbes et ça donne plein d’inspiration pour des petits dej consistants et équilibrés !), EatfitfuelPlantpoweredzana (plein de sublimes photos de plats vegan, donc à base de beaux fruits et légumes) ou encore Natureuk
  • Des comptes juste pour la motivation qu’ils m’apportent, en voyant des corps superbes… comme Toneitup

Et j’en passe plein d’autres !

A vous de trouver ceux qui vous inspirent réellement et vous motivent, et surtout n’hésitez pas à les partager ici !

3. Je poste mes séances de sport et petits plats sur Instagram

Comme toutes ces personnes que je suis, j’essaye moi aussi de poster chaque jour une photo d’un bon petit plat sain que je me suis fait et mes séances de sport. En plus comme ça cela me force à faire un effort de présentation, qui permet d’apprécier encore plus ce que je mange.

sport-comment-entretiens-motivation-atelier-azimute-instagram-3

Partager mes progrès m’incite à faire toujours mieux et à garder une bonne régularité.

4. Quand je cours, j’écoute des podcasts super boostants

La plupart des gens écoutent de la musique en courant, chose que j’ai faite pendant des années. Votre playlist préférée vous suffira peut-être pour vous motiver à fond ?

De mon côté, j’ai trouvé quinze fois mieux en terme de motivation pour moi : j’écoute des podcasts qui traitent justement de remise en forme et de changement de vie.

Pour ça, je me suis acheté un brassard pour mon téléphone, et un casque Bluetooth. (Ca vous intéresse, un article sur mon équipement de sport ?). Cela me permet de courir en ayant les mains libres et pas de fils qui pendent.

Vous pouvez les écouter par exemple sur itunes. Moi je suis sur androïd, et j’ai téléchargé l’application Podcast addict qui me convient parfaitement.

Côté podcasts, je vous ai déjà parlé de « Change ma vie » ou du « Life Coach School Podcast ». Ce sont deux podcasts que j’écoute parfois en courant.

Mais il y en a d’autres :

  • Happier with Gretchen, en anglais – un podcast avec plein de petites choses à mettre en place dans sa vie pour être plus heureuse
  • Half Size me, un podcast par une ancienne obèse, qui interview notamment d’autres ancien(ne)s obèses. En anglais. Certaines interviews sont super inspirantes. Il y en a que je zappe parfois.

J’en découvre en permanence, donc je vous ferai signe si je tombe sur des perles. En tout cas n’hésitez pas à en chercher à votre goût, il y a vraiment de tout.

Mais récemment, j’ai découvert une autre sorte de podcasts, appelés « streetcasts« . Vous connaissez ? Ce sont des mini épisodes de quelques minutes, en monologue, à la façon d’un blog, donc plus perso et authentiques que la plupart des podcasts. J’adore ce format que je dévore depuis que je les ai découverts. Je profiterai d’un prochain article pour vous parler de quelques uns d’entre eux qui abordent d’autres thèmes.

Mais quand je cours, 3 streetcasts en particulier me motivent un max car ils sont centrés sur la remise en forme de leur auteur :

sport-comment-entretiens-motivation-atelier-azimute-nico-reagit

Nico Réagit

  • Nico Réagit : Le récit jour après jour ou semaine après semaine de la remise en forme globale de Nico. J’adore son ton dans lequel je ressens une vraie proximité et une simplicité. Nico a déjà totalement changé, il est devenu très actif et a déjà perdu beaucoup de poids. C’est super motivant d’entendre ses progrès et de voir comment il les établit et les mesure.
  • Monologs : le streetcast ou Cédric Bonnet raconte lui aussi sa remise en forme.
  • John me : John y parle de tout et de rien, et notamment de sa remise en forme ! Avec l’accent suisse, en plus, c’est huitante fois plus sympa 🙂

Ce sont trois mecs, ils ont donc sûrement des préoccupations légèrement différentes des miennes et des choix sportifs peut-être différents, mais ce qui est commun, c’est cette volonté de démarrer un nouveau lifestyle, plus actif, plus sportif, plus sain. Ecouter ça tout en courant, pour moi c’est magique, ça m’évite de flancher ! Je suis addict 😉

5. Je me sers d’applications pour enregistrer mes repas et mon sport

Je vous ai déjà parlé de l’application Revive que j’apprécie pour son côté transversal (alimentation, sport, humeur, sommeil) et pour sa simplicité/rapidité d’utilisation.

Après un peu plus de recul, voici mon nouvel avis : cette appli est géniale au quotidien, mais je la trouve un peu simpliste dès qu’on a des périodes un peu particulières.

Par exemple là je suis en vacances, donc je mange et bois plus, mais en compensation je bouge beaucoup beaucoup plus.

Dans Revive, mes scores baissent car mon alimentation est moins équilibrée…Pourtant, mon activité explose et c’est certainement bon pour ma santé. Du coup, je trouve que c’est un peu démotivant.

Par ailleurs un gros bug l’a rendue inaccessible pendant 1 semaine. Pendant ce temps, j’ai donc testé et adopté d’autres applications et je continue de tester.

Ainsi, je continue de renseigner mes repas dans Lifesum, dont je vous avais déjà parlé. C’est plus long qu’avec Revive, mais plus précis puisqu’on a les calories calculées, et Lifesum a le mérite de tenir compte de l’activité.

Ainsi, j’ai droit à plus de calories si j’ai fait 2 h de sport que si je n’ai pas bougé de ma chaise… Plus motivant en vacances du coup ! J’ai connecté l’appli avec Google Fit pour faire remonter l’activité automatiquement.

Je teste aussi Samsung Health (qui marche sur tous les smartphones androïd), que je trouve ultra complète car on peut y entrer ses repas (ingrédient par ingrédient, comme Lifesum, on peut d’ailleurs la connecter aussi…), elle permet de traquer ses séances de sport, elle fait aussi podomètre, on y entre son sommeil…

Ce que j’apprécie ? L’aspect gamification un peu plus poussé avec des challenges, des « badges » etc. Je continue à tester et je viendrai vous en reparler !

Je fais par exemple un défi en juillet (Le défi tomate) pour marcher 200 000 pas. J’ai commencé le 15 donc je suis un peu à la traîne mais j’ai bon espoir d’y arriver avec les vacances !

sport-comment-entretiens-motivation-atelier-azimute-samsung-health

En principe, on peut se connecter à ses amis pour se suivre les uns les autres et créer une émulation : n’hésitez donc surtout pas à me dire si vous êtes sur cette appli, car je n’y ai encore aucun ami ! Mon pseudo y est Eyemelie.

Par contre il y a eu là aussi des loupés : quand je démarre une séance vélo, il est fréquent que Samsung Health ne réussisse pas à faire tourner le compteur kilométrique. Du coup, si je fais 30 min de vélo à 0 km, je me trouve avec quasi zéro calories dépensées. Un peu frustrant.

Hier, elle ne m’a pas du tout compté mes pas, j’en ai pourtant fait plus de 12500 d’après mon bracelet connecté (voir point 4). Du coup même si dans ma tête je sais que je les ai fait – et c’est quand même ce qui compte – je suis super déçue que ce ne soit pas compté dans l’appli (pas bon pour mon défi tomate, ça !!!). C’est vraiment addictif de voir ses résultats !

Car ce que j’apprécie aussi avec ces applications c’est qu’elles me permettent de suivre au quotidien mes statistiques, et quand je vois que je n’ai pas assez bougé, elles me donnent vraiment envie de me bouger plus !

Surtout que pour ça, il y a aussi des notifications qui m’aident : par exemple hier, vu que mes pas n’ont pas été comptés, j’étais en dessous de mon objectif, et bien j’ai reçu une notification pour continuer à bouger !

Dans Samsung Health, le matin on a même la météo heure par heure pour faire son planning d’activité, et on peut programmer un rappel… Quand on est proche de l’objectif, une notification nous aide à l’atteindre.

Je multiplie un peu les applis car j’ai vraiment envie de pouvoir les comparer avant de choisir la meilleure, et de faire un article pour vous en conseiller une ou deux, ou vous faire un comparatif. Mais je vous conseille d’en choisir une et de vous y tenir !

6. j’ai adopté le bracelet connecté

Pour des questions de budget, je suis partie sur un Xiaomi Mi Band 2, qui fait a priori l’unanimité en terme de rapport qualité prix et coûte moins de 30€.

sport-comment-entretiens-motivation-atelier-azimute-xiaomi-mi-band-2

Je suis encore en plein test : en effet, à l’heure où j’écris cet article je ne l’ai que depuis 3 jours. Malheureusement j’ai quelques petits pépins techniques qui me font penser que je vais devoir faire un échange, et du coup même s’il y a plein de points positifs, mon avis est réservé sur ce bracelet-ci. Mais je suis plutôt super convaincue sur le principe du bracelet connecté en tout cas !

Concernant le Xiaomi Mi Band 2 :

Son vrai point fort, c’est son autonomie de 2-3 semaines, ce qui est absolument génial ! Mais ça, c’est justement le souci que je rencontre, car le mien semble avoir à peine 36h d’autonomie. Apparemment nous sommes quelques uns à avoir ce souci si j’en crois les avis sur Amazon. Je persévère pendant mes vacances et je le renvoie à mon retour si cela se confirme.

Ce que j’apprécie dans ce bracelet connecté :

  • pas besoin d’avoir son téléphone non stop sur soi pour compter ses pas quotidiens. On sait où on en est tout en étant libre de ses mouvements. Il passe sous la douche, donc même pas la peine de l’enlever.
  • très simple d’utilisation
  • fait réveil en vibrant – mais du coup vu que je dois le charger toutes les nuits, je l’ôte, donc cette fonction ne me sert pas.
  • reçoit les notifications du téléphone (appel entrant, sms… ) sauf que là, c’est sur le téléphone que je dois débloquer un truc et je n’ai pas encore trouver où c’était, et j’ai la flemme de chercher… on verra au retour des congés.
  • envoie des notifications en cas d’inactivité : vibre si on n’a pas bougé depuis plus d’une heure par exemple (avec un petit picto qui indique de se lever de sa chaise). Ca je trouve ça top ! Comme je suis en vacances et bouge beaucoup,  je n’ai eu qu’une seule notif de ce type pour l’instant. J’attends de voir pour la fiabilité, un moment où je serai bien plus calée à mon bureau !

Ce que je n’aime pas : le capteur cardiaque, pour moi complètement à côté de la plaque. Il me mesure ainsi souvent à 50 pulsations minute alors que je suis plus proche des 75 au repos… (mesurés chez le médecin, mais aussi avec ma montre Tom Tom Runner Cardio). Fonction inutile donc et qui peut pomper la batterie.

Je ne suis pas encore 100% convaincue de la fiabilité de ce bracelet, mais je continue le test et je vous dirai !

Sinon, il y a plein de fanas de l’apple watch pour le suivi d’activité… d’autres sont sur la Nokia Health (anciennement Withings). Si vous écoutez les streetcasts cités plus hauts, vous pourrez vous faire un avis. Mais les budgets ne sont pas du tout les mêmes que pour le Xiaomi…

Et vous, avez-vous une montre connectée ou bracelet connecté? Quel témoignage ? 

7. Je suis mes statistiques au quotidien

Avec toutes ces applications et mon bracelet connecté, je suis au quotidien mes progrès et cela m’encourage clairement. J’ai vraiment plaisir à voir que j’ai battu mes précédents records, que j’ai équilibré mon alimentation et mes dépenses énergétiques, que j’ai été plus active que 80% des utilisateurs de l’application autour de chez moi…

Quand à la mi-journée je n’ai pas été assez active, je me motive pour ressortir.

Bref, je suis devenue méga-geek du sport !

Le truc qui me reste à suivre ? Mon poids ! Je n’ai plus de balance depuis des années, et pour l’instant j’ai encore un peu trop peur de l’impact de la lecture de mon poids sur mon mental.

Pour l’instant je ne veux donc pas trop m’y résoudre, mais  à l’écoute de Nico réagit, j’envisagerais presque de racheter une balance, et une connectée, du coup ! Qui mesure aussi le taux de masse maigre, grasse, etc… Cela permet de vraiment suivre ses progrès et de ne pas se fixer sur son poids seul !

En tout cas, apparemment il serait prouvé que de pouvoir tracker ses efforts et ses résultats augmenterait vraiment les chances de succès. Je comprends bien pourquoi cela pourrait être le cas, et je compte bien faire partie des personnes qui réussissent ce challenge.

Et vous, suivez-vous vos stats ? 

8. Je suis des blogs de fitness

Là, c’est vraiment le début, mais j’ai ajouté dans mon feedly différents blogs de fitness addict, de runneuses ou de coach sportives. Je verrai au fur et à mesure ceux avec lesquels j’accroche le plus.

D’ores et déjà, je peux citer (comme vous voyez souvent en commun avec les instagrams que je suis) :

Lucile Woodward : j’adore son sérieux (elle est coach diplômée), sa simplicité et sa proximité avec les gens. Elle sait s’adapter à chacun et proposer des programmes adaptés à chaque cas.

Amélie Tauziede : une jeune photographe et sportive

Vivre HealthyGraine de Sportive, Le canard ivre, Mange tes légumes

Fouinez un peu, trouvez un ou deux blogueurs / blogueuses qui vous boostent, et lisez-les régulièrement pour rester motivée.

9. Je regarde des vidéos Youtube

Je n’ai en ce moment aucun abonnement en salle de sport, j’essaye donc de me faire mon programme à ma sauce. J’aime bien m’appuyer sur des vidéos pour trouver des idées de workouts.

Ce n’est pas ce que je préfère, car aller faire du vélo ou courir dehors est plus sympa, mais selon les cas ça peut vraiment aider.

Voici les situations où j’aime faire mon sport devant youtube :

  • Quand il pleut et que je veux faire du cardio (de toute façon en ce moment je suis assez limitée côté muscu à cause de mes soucis musculaires)
  • Quand je veux faire du cardio, mais que j’ai déjà été courir plusieurs fois de suite et ne veut pas malmener mon corps.
  • Quand je veux faire du yoga ou pilates, car je ne sais pas faire ça toute seule.
  • Je vous le recommande aussi si vous voulez faire une séance de renfo musculaire, il y a vraiment de nombreuses vidéos super.

En ce moment, je fais principalement du cardio-boxing (aussi appelé fit boxing, aéro boxe, body combat…). C’est hyper cardio, on transpire comme jamais, en même temps c’est super fun et très complet haut-bas du corps.

sport-comment-entretiens-motivation-atelier-azimute-5

Est-ce qu’un article sur mes vidéos youtube de sport favorites vous intéresse ?

En tout cas, n’hésitez pas à trouver l’activité qui vous plait, et fouiner pour trouver les vidéos associées. Ca peut être utile aussi pour trouver une idée d’exercice à faire pour une problématique donnée. 

Par exemple pour moi : faire des abdos sans se faire mal au dos. On a plein de vidéos sur ce thème…

10. Je me force à bouger, mais surtout pas à une activité en particulier

A un moment, je m’étais dit que j’allais reprendre la course à pied, je m’étais mis plein d’objectifs (surtout parce que mon homme adore courir). Par exemple, arriver à courir plus d’une heure, ou plus de 10 km… sauf qu’en fait courir, j’aime ça quand je peux changer de parcours régulièrement, être à la campagne, qu’il ne pleut pas et ne fait pas trop chaud ni trop froid…

Au final il y a plein de situations où je me démotive totalement pour aller courir. Et du coup et bien je laissais une semaine passer, puis deux, et là c’était mort, abandon total !

Maintenant, je suis simplement partie du postulat que je veux être active et faire au moins 3 à 4 séances de cardio par semaine. Du coup il peut y avoir une fois du vélo, une fois du running, une fois la natation, et un cardio boxing ! Ou 4 runnings comme en ce moment en Bretagne. Mais pas de pression.

Et puis si un jour je me sens vraiment trop épuisée pour faire un cardio, et bien j’essaye de remplacer par un tout petit peu de renfo (abdominaux par la respiration profonde, quelques gainages…). Ou bien je vais marcher. Pour toujours être active un minimum ! Quand je peux, j’intègre aussi l’activité dans mon quotidien : aller à la poste en vélo, marcher pour chercher un colis…

Je vous invite vraiment à faire de même : laissez votre envie du moment vous guider, écoutez-vous, et variez les plaisirs. C’est la meilleure façon de rester active au quotidien. Et en plus je pense que ça peut éviter les blessures de fatigue liées à la répétition trop fréquente du même exercice !

J’espère que cette article vous aura donné plein d’idées pour vous booster dans votre pratique sportive ou dans le fait de bouger plus (encore une fois, marcher, c’est déjà être actif !). Dites moi ce que vous en avez pensé et quelles sont vos propres astuces ?

 

N’oubliez pas de vous inscrire dans la barre à droite si vous voulez lire les prochains articles sur mon challenge remise en forme, autrement appelé Défi Azimuté. Ces articles seront tous relayés sur Facebook où vous pouvez également me suivre.

Et sur Instagram, sous le pseudo @atelierazimute et #DefiAzimute, les photos quotidiennes où je vous parle de mes séances de sport ou vous montre mes petits plats équilibrés et gourmands.

A bientôt !